Plongée dans la 3D hongroise (Amusement)

ENGLISH BELOW

Le kit hongrois de création 3D
http://www.amusement.net/fr/2011/12/23/review-le-kit-hongrois-de-creation/

Leonar3do n’est pas seulement le pseudonyme MSN de votre voisin italien, c’est également le nom du logiciel de réalité augmentée développé par Daniel Ratai, un brillant ingénieur de 25 ans. La langue maternelle de Daniel Ratai est le hongrois, mais il parle également le geek, qui permet de communiquer avec bien plus de personnes dans le monde, et sans accent. Son logiciel Leonar3Do (prononcer « léonardo ») permet de concevoir intuitivement des objets en 3D chez soi, sans formation spécifique au graphisme, démocratisant ainsi une technologie dont les applications potentielles sont vastes. Et pour pouvoir s’adresser au monde, l’entreprise qui le distribue est présente dans 10 pays, dont les Etats-Unis et la France, et propose de livrer l’objet du futur à domicile.

Le logiciel est livré avec des lunettes 3D, un processeur et tout le nécessaire pour rapidement commencer à créer des formes. Daniel, comme tout bon mordu d’informatique, a également pensé à l’aspect ludique, en fournissant des jeux avec son attirail. Car c’est bien d’un attirail qu’il s’agit : la malette d’agent secret, dans laquelle il est livré, contient des capteurs à placer sur l’écran d’ordinateur, des lunettes 3D noires qui vous feront ressembler, au choix, à un fan aveugle de Polnareff ou à un retraité atteint de conjonctivite, un« stylo magique » (c’est pas moi qui le dis), une petite console et un logiciel spécial. Une fois livrée à votre domicile en votre absence, vous vous rendrez à La Poste de votre quartier pour enfin récupérer cette précieuse valisette. Le postier vous demandera alors d’un air suspicieux, en regardant par-dessus ses lunettes en demi- lune, « c’est bien un léonar-trois-do qu’il vous fallait ? », à quoi vous répondrez dignement « ça se prononce léonardo, et c’est hongrois ». Sur ce, vous rentrerez chez vous du pas assuré de celui qui devance tellement son temps qu’il achète des choses imprononçables, Lenoar3Do dans une main, vos rêves de 3D dans l’autre.

Sauf qu’une fois la console allumée, le logiciel installé, les capteurs placés, le « stylo magique » empoigné et les lunettes chaussées, vos rêves d’ailleurs iront se heurter aux cauchemars des vidéos explicatives. Ces vidéos, accessibles online sont censées donner envie aux internautes de commander le produit et expliquer à ceux qui ont sauté le pas comment l’utiliser. Tout au contraire, comme dirait Didier Deschamps, elles vont vous faire voyager dans un monde ou la 3D semble sortie du cerveau d’un fonctionnaire imbibé d’un de ces alcools frelatés qui vous abiment les neurones sans vous soulager la conscience.

Sur le site, les concepteurs invoquent les avancées que leur invention représente pour l’éducation des plus jeunes – rendue plus ludique -, la médecine, la criminologie etc. Pourtant, les formes 3D présentées dans les séquences vidéo explicatives ne sont pas dignes de ce discours. Prenons par exemple la grossièreté de la tête de diable qui se forme sous nos yeux dans une de ces vidéos, et qui ressemble bien plus à une capture d’écran d’un jeu sur Atari qu’à une scène de Minority Report. Si vous n’êtes pas convaincus, prenons l’exemple du jeu bien-nommé LéoBang, qui est fourni avec le logiciel et qui permet de détruire des blocs sur l’écran, dans un graphisme minimaliste et un camaïeu de gris du plus bel effet… Puisqu’on vous dit que c’est le futur ! C’est le slogan de l’entreprise qui nous revient subitement à l’esprit : You are capable of more than you think !

Il n’y a qu’à voir la tête du gamin qui conçoit un avion sur son ordinateur, sa geste empruntée accompagne bien le sourire crispé qui orne son visage lorsqu’il extrait la carlingue de son écran, lentement. On imagine alors les encouragements qui lui parviennent dans son dos, hors champs : « allez Kevin, sors l’appareil de l’écran maintenant, vas-y. Ne me pousse pas, Kevin, tu sais que papa a investi gros sur ce projet, hein ?! Alors tu vas le faire sortir et le regarder comme si c’était quelque chose qui te faisait plaisir, et tu ne REGARDES PAS LA CAMERA KEVIN !! Pardon, papa n’est pas énervé, mon grand… Voiiilà il est pas beau ton avion, hein ? MAIS SOURIS MERDE ! »

Après tout, peut-être que le problème n’est pas tant la médiocrité du graphisme que la grandiloquence du propos général, nous promettant des lendemains 3D qui chantent jusque dans les hôpitaux et les salles de classe du monde entier. En attendant qu’une multinationale s’approprie le concept et le professionnalise, Leonar3Do va probablement rester à l’état de bonne idée…gâchée. Ce qui est dommage, vu toutes les applications potentielles, en particulier dans le domaine de la médecine et de la biologie. Finalement, cette touche d’amateurisme associée à une envie de changer le monde est ce qui donne à Leonard3Do tout son charme, et qui nous donne envie d’entonner avec eux :

« Heal the wooorld, make it a better plaaace, for youuu and for meee and the entire human race… »

Vous pouvez commander Leonard3Do sur le site de Daniel Ratai.

The Hungarian 3D Virtual Reality Kit
http://www.amusement.net/2011/12/23/review-the-hungarian-3d-virtual-reality-kit/

Leonar3Do is not only the MSN nickname of your Italian roommate, but also the name of Daniel Ratai’s invention. A brilliant 25-year-old engineer, whose mother tongue is Hungarian, but also happens to be fluent in geek, which allows him to communicate with people around the world, accent free. His Leonar3Do (pronounced “Leonardo”) allows you to painlessly create 3D objects at home without any prior training, finally making this promising technology available to everyone. You can order this futuristic item in ten different countries, including France and the USA.

It comes with 3D glasses, a processor, and all that you need to start creating forms. Games are a part of the package, which is delivered in a secret agent style suitcase. For the record, you do run the risk of resembling a geeky Ray Charles with your dark 3D glasses and your “magical pen” (that’s what she said…) dangling in front of your computer. Once it has been delivered to your apartment in your absence, you will have to walk to the nearest post office to claim your precious suitcase. The postman will probably ask you something like “This Leonardo 3D whatever stuff is yours, huh?” to which you will kindly reply, “It’s pronounced Leonardo. And it’s Hungarian.” Shortly after that, you will walk home, holding Leonar3Do in one hand and your 3D dreams in the other.

Once you have installed your new gear, equipped your screen with detectors, managed to put your glasses on and mastered the magical pen (again, that ‘s what she said), your dreams will be shattered by the “how-to” videos you will have to watch. Instead of helping you understand your new software and getting you started these videos seem more like an online version of Paranormal Activity, making you regret your purchase in the first place…

On the website, the inventors talk about the amazing potential Leonar3Do could represent for health, criminology or even education. But there seems to be a gap between this kind of statement and the 3D images in the videos. One example is the 3D devil’s head shown in the first video, making the project look more like the cover of an old Atari game than Minority Report. If you are not convinced yet, lets have a look at one of the Leonar3Do games: LeoBang. Yes, you heard right – bang! In this game, you have a certain number of boring grey blocks to destroy. And that’s it. The future is now! It makes you want to reflect on the company’s slogan “You are capable of more than you think”

The child playing in one of the explanatory videos drives this point home. His “I-have-to-be-happy-right-now-if-I-want-daddy-to-still-love-me” look is heartbreaking. You can almost hear the voices in his head: “Come on Dylan, don’t push me, you know Daddy has put a lot of money into this, right? And do not LOOK AT THE CAMERA DYLAN! Sorry, I’m sorry, no, Daddy isn’t mad at you, son… Here you go, isn’t this a great looking plane? SMILE, DAMN IT!”

After all, the biggest problem might not be the bad graphic design, but the grandiose world-changing discourse that goes with it, promising the user a new life, full of happy schools and more efficient medical care. Until a big company buys this project and makes it its own, Leonar3Do will probably remain a great – but poorly realized – idea. When you think of all that could be achieved with the technology, from research to teaching, it’s pretty frustrating. All in all, the amateur touch, associated with the revolutionary ambitions, may be what gives Leonar3Do its charm, and makes you want to sing along with its makers:

“Heal the woooorld, make it a better plaaace, for youuuu and for meee and the entire human race…”

You can order Leonard3Do on Daniel Ratai’s webiste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :